billet d'humeur

Le GIEC enfonce le clou mais...

humeur de septembre 2019

Bonjour à toutes et à tous !
 
Asseyez-vous dans le calme, rangez vos téléphones intelligents et sortez vos cahiers. Avant de vous distribuer l’emploi du temps, nous allons prendre un moment pour faire le point sur l’été.
 
murmure de désapprobation
 
Et avec le sourire s’il vous plaît ! Quand j’avais votre âge, à cette période de l’année, j’étais pliée en deux toute la journée à aider mes parents à ramasser les pommes de terre et les oignons.

Bon, Cécilia, à vous l’honneur : qu’avez-vous fait cet été ?

Le GIEC enfonce le clou …

– Moi Madame j’ai été très studieuse ! J’ai lu le dernier rapport spécial du GIEC sur les liens entre agriculture, occupation des sols et changement climatique. Ils commencent par souligner que les terres se réchauffent plus vite que les océans et que si l’augmentation moyenne de température est aujourd’hui de 0,9°C par rapport à l’époque pré-industrielle, elle est déj… 

– Hé M’dam ! Vous êtes préindustrielle vous ?

– Jair ! Vous vous croyez drôle ? Reprenez, Cécilia. 

– La hausse est déjà de 1,5°C sur les continents ! Après ils expliquent que le système alimentaire est à l’origine d’environ 30% des émissions de gaz à effet de serre. Et après ils disent que à cause du changement climatique il y a plus de vagues de chaleur, de sécheresses, d’inondations et d’érosion des sols, que ça fait baisser les rendements et que ça perturbe les chaînes d’approvisionnement, et donc que ça menace la sécurité alimentaire un peu partout sur la planète et encore plus là où les gens sont déjà pauvres et pas responsables du changement climatique. Mais bon ça Madame moi je le savais déjà !
 
– Moi aussi M’dam je l’savais déjà ! J’ai bien suivi vos cours l’année dernière hein t’as vu ?
 
– Jair ! Cessez d’interrompre votre camarade et surveillez votre langage jeune homme. Cécilia ?
 
– Et heu oui, à la fin le GIEC ils font des scénarios sur comment on pourrait utiliser les terres différemment pour limiter le changement climatique, par exemple en ayant plus de forêts et moins de surfaces cultivées. Voilà !

Une des figures du rapport en question, qui illustre un scénario d’évolution de l’occupation des sols à l’échelle mondiale compatible avec un changement climatique modéré, tout en assurant la sécurité alimentaire d’une population croissante. On voit que les surfaces agricoles diminuent beaucoup au profit des forêts et de l’utilisation énergétique de la biomasse. Mais que va-t-on manger alors ?

– C’est très bien Cécilia ! Et alors, est-ce que vous savez comment on peut nourrir plus de monde avec moins de terres agricoles ?
– Ben non, ça ils en parlent pas trop dans leur rapport…
– Les autres, une idée ? Oui ? Arturo ? Et bon sang Jair, arrêtez d’importuner vos voisins et rangez ce briquet !

Image satellite de l’Amazonie en août montrant de nombreux feux de forêts. La déforestation a bondi au Brésil en l’espace d’une année. Pas exactement le scénario souhaitable proposé par le GIEC… Crédit photo : NASA sur Wikimedia Commons.

… mais ne dit pas tout !

– Moi Madame cet été j’ai justement écrit un article qui explique comment on fait ! En fait c’est pas compliqué, il faut simplement qu’on mange nous-mêmes le blé qu’on cultive plutôt que de le donner à manger à des poules, des vaches et des cochons. Ça permet de libérer plein de terres !

Le système alimentaire mondial en un clin d’oeil ! Les prairies représentent 70% des surfaces agricoles. Près de la moitié des cultures sont destinées à l’alimentation animale (cases rouges), et près d’un tiers de la nourriture disponible pour les êtres humains n’est pas consommée (pertes et gaspillage). La marge de manœuvre est importante !

Figure issue de Herrero et al. 2015

– Merci Arturo ! Nous allons lire ça avec attention. D’ailleurs, quand j’avais votre âge, du bœuf on en mangeait pas tous les jours vous savez, seulement pour les enterrements et la traditionnelle fête de la bougie cévenole. C’était une époque, ça oui, c’était une époque, on allait souvent prendre nos bains au… oui ? Greta ?

Résilience alimentaire au Sénat !

– Oui Madame ! Oui Madame ! Moi cet été je suis allée donner un cours à l’Assemblée pour qu’ils soient un peu mieux informés sur tout ça mais ils m’ont pas écoutée ! J’aurais mieux fait d’aller au Sénat. Ils sont vieux, mais ils ont l’air un peu plus réveillés. Enfin certains quoi, regardez, ils sont en train de faire une proposition de résolution sur la résilience alimentaire des territoires, exactement tout comme Les Greniers d’Abondance !
– Très bien Greta, merci pour cette information. Maintenant si vous pouviez arrêter d’écrire grève le 20 septembre partout sur les tables et de graver des X sur les murs, ça nous éviterait un nouveau conseil de discipline vous ne pensez pas ? Bon, je crois qu’on a balayé l’essentiel. Voilà l’emploi du temps.